L’être Dissout Dans le Monde – Manoela Medeiros

L’architecture est un récit qui va au-delà du langage et des formes d’expression dites « artistiques », elle join forces avec d’autres disciplines faisant d’elle un lieu de rencontre, une passerelle temporelle tissant des liens entre passé et présent.

Le travail de l’artiste brésilienne Manoela Medeiros est de nature muable, il se transforme constamment en fonction de l’architecture qui l’entoure et des éléments intégrant l’espace. Pour son exposition personnelle – L’être dissout dans le monde à la galerie Chloé Salgado, j’ai interviewé Manoela pour connaître plus en détail le rapport entre son travail et les ruines, l’archéologie et la question d’identité soulevé plusieurs fois dans sa pratique artistique.

 

1GalerieCS_Manoela-Medeiros-27

Manoela Medeiros, L’être dissout dans le monde, 2019

 

  • Pourquoi l’architecture est si importante dans ton travail et comment est-ce que tu l’associes à l’art? 

Je dirais plus que l’architecture de l’environnement, là où le travail est fait, c’est cela qui est important pour moi. Le même travail exposé dans une galerie serait lié de manière complètement différente s’il était déplacé dans une forêt par exemple, devenant presque un autre travail. J’essaie toujours d’associer / dissoudre le travail à l’espace, en étant attentive à des éléments tels que le sol, la lumière, la matière première constituant le lieu ou des éléments externes qui créent une relation mutuelle où l’on ne peut plus percevoir les limites entre l’environnement et le travail.

 

  • En parlant d’architecture, Rio de Janeiro est une ville où l’architecture brutaliste et la nature sont imbriqués, penses-tu que cette esthétique a eu une influence dans ton travail et si oui dans quelle mesure?

Rio de Janeiro, la ville où je suis née, est une ville où la nature est très présente. C’est la nature qui, d’une certaine manière, délimite la géographie de la ville et les relations sociales. Nous pouvons parler de la construction de la ville elle-même comme d’une sorte de « land art », où de vastes superficies ont été débarquées, des collines démantelées, etc. C’est une ville où la relation et les conflits entre l’homme et la nature sont très présents. Je considérerais São Paulo comme une ville plus brutaliste, où, contrairement à Rio de Janeiro, la forêt se présente sous forme de béton. Ayant vécu entre les deux villes et cherchant toujours à mimer et à relier l’environnement à mon travail, ces caractéristiques de la géographie et de l’architecture deviennent évidentes.

Manoela Medeiros, L'être dissout dans le monde, 2019, IV © GALERIE CHLOE SALGADO

Manoela Medeiros, L’être dissout dans le monde, 2019

 

  • Ton travail prend en considération le corps – celui du spectateur et le tien – quel est son rôle dans ton travail et qu’est-ce qu’il peut nous révéler sur ce dernier?

Le processus physique de chaque étape de la manière dont le travail est effectué devient pertinent pour révéler l’histoire et le concept du travail. Je pourrais dire que l’action du travail rendrait déjà explicite l’intention du concept. Nous regardons les choses non seulement à travers les yeux et la pensée, mais également à travers le corps, et chaque mouvement de ce même corps peut changer toute la perspective du travail et de son environnement.

 

  • Qui dit ruine ou vestige parle de perte de patrimoine ou plus largement de civilisation, quel serait le lien avec l’archéologie?

La ruine est au seuil de la nature et de la culture. La ruine sur laquelle je travaille était une construction fait par l’homme qui se protégeait des environs comme un nid d’oiseau mais qui rompt avec la nature. Quand cette construction est abandonnée, un processus de retour est initié, décomposant cette construction dans la nature et ses environs. Il commence à être envahi par la pluie, la végétation, les moisissures. Cette architecture qui a été construite pour ne pas bouger avec le temps devient une sorte d’organisme vivant en mouvement constant. Un autre point est que l’idée de ruine est immédiatement liée à l’archéologie. L’archéologie nous permet de voir que l’histoire est en constante relation de conflit et de mutations et que l’histoire racontée n’en est qu’une de plus possible. Les archéologues sont comme des astronautes de l’Antiquité, regardent la terre et la creusent pour trouver des réponses.

F74D7847-AFC0-45A9-AB4D-AED59BA6FEBF

Manoela Medeiros, L’être dissout dans le monde, 2019

 

  • Par ailleurs, le concept de ruine fait appel à la mémoire et au passage du temps, quelle serait la temporalité de tes oeuvres et comment est-ce que ton travail explore l’héritage et l’identité de l’Amérique Latine?

Il reste encore beaucoup à découvrir sur l’histoire de l’Amérique Latine. Aujourd’hui, à partir d’éléments trouvés, nous pouvons comprendre que l’histoire est en fait racontée à partir des relations de pouvoir. Dans mon travail, je ne cherche pas à donner des réponses immédiates mais à révéler que toutes les relations sont mutuelles, les vérités peuvent être multiples et interconnectées. De nos jours, je m’intéresse beaucoup aux géoglyphes, des excavations géométriques découvertes dans plusieurs régions de l’Amazonie et aux phytolithes. Le phytolithe est une pierre qui montre les traces d’une plante. Grâce à ces minuscules grains de pierre, les archéologues peuvent avoir une idée de ce à quoi ressemblait la végétation à un endroit avant la déforestation. Cette méthode a été utilisée par exemple pour découvrir la végétation d’Acre à l’ère des géoglyphes.

 

  • Ta pratique artistique est très lié à la déconstruction de la matière mais au delà de cette première lecture, elle évoque aussi d’autres notions comme la décolonisation, par quels biais tu lies les deux régimes de vérité – matière et pensée ?

Une rupture entre la pensée et le corps a été largement explorée. Il faut décoloniser le corps. Penser à travers le corps et l’écoute, le réconcilier avec la pensée. Je pars toujours d’un travail qui à première vue est plus intuitif et corporel. Comme la poésie, parfois, il n’existe pas de mot pour expliquer un concept et seulement un mouvement, un geste le rend déjà compréhensible. Dans un monde où tout le monde parle souvent, un geste rend l’action plus réelle. 

Manoela Medeiros, L'être dissout dans le monde, 2019, I © GALERIE CHLOE SALGADO

Manoela Medeiros, L’être dissout dans le monde, 2019

 

  • Qu’est-ce que le titre de ton exposition évoque et pourquoi tu as décidé d’introduire des éléments vivants – les insectes?

Quand j’écris l’être et pas l’homme, c’est l’idée de changer les perspectives de ceux qui sont au pouvoir. Tous les objets de l’exposition ont la même hiérarchie et la disposition des installations suivent un plan où le visiteur est obligé de regarder dans différentes directions: le sol, le plafond, le mur, etc. J’ai construit des espèces de murs perméables où l’on peut toujours voir à travers, ce qui est derrière. Les œuvres changent constamment, comme par exemple l’étude pour l’infiltration d’un mur, où une vieille gargouille jette de l’eau dans un mur, créant peu à peu un processus d’infiltration de cette surface lors de l’exposition. Les insectes m’intéressent car ils vivent littéralement dans l’espace, même lorsque la galerie est fermée. Ils sont des sujets actifs dans l’espace et ont une autre perspective de l’expérience vécue par le visiteur. Plus précisément, le cricket m’intéresse également car il chante. Une étude intitulée Loi de Dolbear a révélé que l’intervalle situé dans le coin du cricket est intrinsèquement lié à la température de l’environnement et que, grâce à un calcul mathématique compris dans cet intervalle, nous pouvons découvrir la température de l’environnement sans consulter de thermomètre. En d’autres termes, il s’agit d’un coin qui répond à son environnement et qui est complémentaire aux facteurs externes. De plus, c’est surtout une chanson de survie car ce sont les mâles qui chantent avec l’intention d’attirer les femelles pour la perpétuation de l’espèce.

 

  • Quelle est la direction que ton travail prend?

Je veux de plus en plus clairement intégrer l’idée de mouvement et la relation de réciprocité entre la transformation des choses, que ce soit un espace, un son, un objet. Travailler avec des ambivalences. Rien n’est seul au monde, tout est une chose toujours liée à une autre et cette relation peut être à tout moment en constante évolution et changement de perspective. L’écologie nous l’enseigne. 

 

MM LDDM

Manoela Medeiros, L’être dissout dans le monde, 2019

 

 

 

#art #artcontemporain #gallery #gallerie #manoelamedeiros #artist #artiste #architecture #ruine #archéologie #galeriechloesalgado #letredissoutdanslemonde #paris #yetanotherartblog #artblog #blog #identite #installation

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s