Typologie Accidentelle

Les photos de la série Typologie Accidentelle évoquent, à travers une iconographie déroutante, le parcours des conducteurs gardois et leur sort. 

Le Gard est depuis 5 ans le département champion de la France des accidents mortels de la route. Il n’est pas rare d’apercevoir sur les bords de route des gerbes de fleurs ou autels de fortune, tous disposés sur les lieux des accidents pour commémorer les conducteurs défunts. 

 

ROADYARDS_DUOSPlan-de-travail-9 (1)

Charles Pailler, Typologie Accidentelle

 

 

Ces tombes ou monuments funéraires sont omniprésents, ils font partie intégrante du paysage naturel des routes françaises et du monde entier. Entre morbidité et esthétisation, les fleurs et pierres tombales sont des hommages directs à la mémoire des victimes routières; sobres et discrètes, ces fleures au milieu des routes se transforment en memento mori et hantent l’esprit des voyageurs qui traversent le paysage désert. Si bien elles sont pour la plupart invisibles au regard fugitif, elles le deviennent aussitôt que les passagers ou conducteurs ralentissent ou descendent des voitures. 

 

 

ROADYARDS_DUOSPlan-de-travail-8 (1) - copie

 

 

Charles Pailler, Typologie Accidentelle

 

À l’encontre des tombes à proprement parler, ces cénotaphes sont voués à une disparition davantage précoce. Les fleurs, les pierres et la verdure sauvage ne contiennent pas en elles mêmes les corps des victimes mais créent des espaces à part au sein même des routes, des sortes de capsules où le temps s’arrête. L’improvisation est maîtresse dans ces espaces, il ne s’agit pas de sacraliser les routes mais de montrer l’omniprésence de la mort. De ce fait, l’espace routier tout comme mes photographies, témoignent de la disparition douloureuse de la vie et du caractère éphémère du tout. Le “ça a été” barthien retentit dans chaque image.

 

NEWPlan-de-travail-10 (1)

Charles Pailler, Typologie Accidentelle

 

Par ailleurs, ces tombes sont présentes de par l’initiative des gens qui pleurent ou ne pleurent plus mais qui n’ont de cesse de trouver la vie injuste et les accidents péniblement aléatoires. Je n’ai pas cherché à savoir pour qui ces fleurs ont été déposés même si je connais l’identité de certains, ayant moi même perdu 5 connaissances et amis sur la route. C’est peut être à cause de cela que j’ai développé une peur véhémente pour la route, à mes 28 ans je suis encore inquiet et angoissé à l’idée d’un jour prendre le volant. 

Or, loin d’être une phobie, elle s’est construit avec ces histoires, ces visages disparus et ces fleurs qui ont envahi mon paysage quotidien. 

 

NEWPlan-de-travail-7 (1)

 

Charles Pailler, Typologie Accidentelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#photographie #typologieaccidentelle #art #artcontemporain #charlespailler #mementomori #rolandbarthes #monumentsfuneraires #france #photographiecouleur #photography #artblog #blog #charleshayloft #yetanotherartblog #paysage #fleurs

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s